Renaissance

[…] Alors que tout espoir semblait s’évanouir, que l’obscurité était sur le point de m’engloutir, un dernier sursaut fit enfin poindre un début de réponse. Je m’accroche à cette frêle étincelle, il faut que je la maintienne en vie si je veux qu’elle me sauve. J’ai compris que j’avais eu la prétention d’être un artiste et que cela n’a, finalement, aucune espèce d’importance. J’ai tourné en rond pendant des années, perdant jusqu’à l’essence de moi-même, alors que l’arbre aux souhaits était là, au bord de la route. Je suis passé devant des dizaines de fois sans y faire attention. Et j’ai enfin compris qu’il ne m’offrait pas une porte d’entrée, mais une porte de sortie. Ai-je brisé le cercle? Suis-je désormais sur mon propre chemin? Je n’ai qu’une fragile étincelle pour m’accompagner, mais elle me porte, me réchauffe.
Je suis peintre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *